Les blogs collectifs, un espace de réflexion sans hiérarchies ?

Inês Espirito Santo, doctorante en sociologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, membre du Centre Maurice Halbwachs, Paris. Spécialisée sur les migrations internationales, ses travaux de recherche se penchent plus particulièrement sur l’immigration portugaise dans le cadre de l’Union Européenne selon des différentes catégories socioprofessionnelles. Elle participe également depuis plus de quatre ans à un blog collectif (http://spectrum.weblog.com.pt/).

Résumé
Les blogs collectifs, un espace de réflexion sans hiérarchies ?
Cette participation dans le colloque soumis au thème de l’« Education aux médias et appropriation d’Internet par les jeunes », s’attache à mon expérience personnelle dans le monde de la blogosphere. Je participe à un blog collectif à caractère politique, dans la mesure qu’il existe un souci de traitement d’information relevé de l’actualité et des enjeux politiques aussi bien de la société portugaise que mondiale.
Ce colloque m’amène à intéresser à deux axes principales : le premier, l’utilisation des blogs comme espaces de réflexion/discussion ; le deuxième, l’absence de hiérarchisations au sein de la dynamique de certains blogs colectifs, en l’occurrence le mien. D’une part, nous observons l’inexistence de rôles parmi le groupe d’individus qui entretiennent le blog, et d’autre part, par le propre dispositif chronologique des blogs, chaque texte mis en ligne trouve sa centralité.
Au contraire des medias classiques où des mises en œuvre de censures variées sont déjà bien connues et où leurs contenus sont difficilement soumis à la critique, dans l’idéal de fonctionnement des blogs existe un tournant d’un sort de démocratie participative, que autant que se peut met en place des nouvelles pratiques sociales.
Nous chercherons ainsi à développer ces pistes, tout en soulevant aussi bien les aspects positives que négatives de ces nouveaux outils – nouvelles pratiques.

Intervention, le 16 février 2009
Les blogs collectifs, un espace de réflexion sans hiérarchies ?
Ma participation à ce colloque se base sur ma propre expérience dans le monde de la blogosphère. Je participe depuis environ 4 ans à un blog collectif qui a apparu en ligne en octobre 2004, se nommant Spectrum (http://spectrum.weblog.com.pt/). Ce blog dans ses débuts a été crée dans le but de se construire un espace de réflexion entre un groupe d’une dizaine d’amis et camarades venus d’un même spectre politico-partisan.
Au fur et à mesure que les années sont passées certains des auteurs qui faisaient partie de l’équipe inaugural du blog ont disparus et d’autres ont été ajoutés. Aujourd’hui nous sommes environ 8 à y participer régulièrement.
Au fur et à mesure que les années sont passées nos choix politico- idéologiques individuels au sein du groupe ont également changé et évolué de façon divergente, ce que fait actuellement de ce blog un espace ouvert et non sectaire dans ce qui concerne le monde de l’activisme partisan. Lors de la création du blog, notre propos initial de présentation a été clair et presque visionnaire par rapport à la fluidité permanente de la conscience sociopolitique, surtout chez les jeunes. Nous disions ainsi (oct. 2004) : « ce travail continu de reconstruction et notre passé inoubliable de pré- adolescence, de ceux qui ont partagé le ZX Spectrum de la marque Sinclair – souvenons nos que les héros des jeux souffraient de tétraplégie empêchant le mouvement harmonieux de leurs quatre membres et que les dictionnaires multimédia sont des inventions récentes – nos impose, d’une part, des obstacles à la mission de caractériser notre blog, et d’autre part, nos empêche de organiser les peuples et les personnes, notamment celles qui écrivent ici, dans des petits tiroirs. »
Néanmoins, je ne peux pas nier que la caractérisation des blogs se impose presque toujours, si cela ne se fait pas par la connaissance de l’intérêt et du profil du public qui les fréquente, elle se fait par le style qui donne une certaine cohérence aussi bien au groupe d’auteurs qu’au blog. Nous disions encore une fois dans le propos initial du blog (oct. 2004) : « Si quelqu’un nous demande de décrire les sujets de notre blog avec des mots commencés par la syllabe « con », nous dirons que le Spectrum est plutôt orienté vers la blasphème CONvicte sur le CONtemporain et le CONterrain que sur la CONciliation, le CONcordant et le CONfortable. »
En bref, le Spectrum à quand même un fil conducteur qui relève d’un caractère sociopolitique, dans la mesure qu’il existe un souci de traitement d’information qui émerge de l’actualité et des enjeux politiques aussi bien de la société portugaise que mondiale.
Pendant longtemps notre blog existait seulement pour une petite niche de personnes liées directement au réseau des auteurs. L’élargissement de ce public n’a jamais constitué un objectif dans la motivation de participer activement dans le blog. Nonobstant, à partir d’un texte datant du 26 avril 2007, intitulé « Na Rua do Carmo », il y a eu un tournant d’expectatives et de motivations au tour du blog, car le nombre de visites par jour a plus que doublé. Ce texte était un témoignage direct de la part d’un des auteurs du blog sur des événements de violence policière à Lisbonne lors des cortèges de commémoration du 25 d’avril 1974. Actuellement, nous avons en moyenne 750 visites par jour.
Ce tournant de popularité m’amène à réfléchir à deux axes principales, sur lesquels j’aimerais en discuter ici : -l’utilisation des blogs collectifs comme espaces ouverts de discussion/réflexion; - le principe d’absence de hiérarchies parmi les membres/auteurs du blog et entre les textes mis en ligne.
Sur le premier point. Les espaces de discussions et de réflexion font partie des mœurs de n’importe quelle époque, culture ou société. Malgré le discours répandu sur le déclin des espaces de sociabilité, d’autres formes d’interaction entre les personnes sont mises en place par les technologies de l’information qui créent permanemment des nouveaux outils de sociabilité. Certes, ces nouveaux espaces, en l’occurrence les blogs, s’éloignent du principe de sociabilité par la présence physique mais se révèlent beaucoup plus propices aux échanges touchant un plus grand nombre d’individus où l’accessibilité est sans limites à partir du moment qui l’on maîtrise des concepts basics de l’Internet.
Néanmoins, il faut se demander d’une part quelles sont les conséquences de l’accès à ces espaces sans aucune contrainte, et d’autre part quelles sont les responsabilités des auteurs qui mettent en ligne des simples reproductions d’information, des images, des récits et des analyses ?
Etant donné, que l’information mise en ligne sur les blogs peut attendre un vaste nombre de personnes, cette information devient presque automatiquement un contenu médiatique. Ce faisant, la production médiatique réfléchie est celle qui possède des instruments d’analyse valides et objectifs pour donner à son public des éléments solides pour un vrai débat, tout en contribuant à l’évolution de l’état actuel des problèmes touchés par ces contenus. Une fausse modestie quant à la production des contenus diffusés, ne peut produire qu’un débat figé, fragmenté et peut-être dangereux pour certains sujets. Il ne s’agit pas ici de s’opposer à toute possibilité de création, de satyrisme ou n’importe quelle outre liberté d’expression, mais plutôt de les poser dans leurs dimensions réelles et de les mettre en place d’une façon mature, réfléchie et surtout responsable et engagée !
Il n’existe aucun code de déontologie pour les blogueurs et tant mieux ! En revanche, la construction d’un espace de sociabilité se forge a travers de la véracité des échanges, et la croissance de cet espace ne se fera qu’a travers de l’originalité et de la culture démocratique institué par les auteurs du blog. De ce fait, la croissance du nombre de lecteurs et la légitimité qui découlera des blogs se fera par la soumission permanente des contenus au regard de ceux à qui ils s’adressent, en l’occurrence ces lecteurs.
Bien que le blog soit un produit virtuel, les acteurs/auteurs qui se trouvent dans ses coulisses sont des personnes bien réelles. Dans cette perspective, ces personnes ne sont jamais épargnées d’attaques personnelles, d’autant plus quand il s’agit des matières à caractère « politique ». L’utilisation des nick names s’est révélée ainsi pour nous non seulement un choix d’esthétique et d’identité cybernétique mais également une sécurité face a des personnes qui recourent à la violence physique lors de la confrontation idéologique.
Sur le deuxième point. La création et la participation dans un blog ne nécessitent que de très peu de connaissances informatiques. De ce fait, l’accès à cet espace est propice à une appropriation simple et rapide de tous les membres de façon homogène.
De mon expérience personnelle, au sein d’un blog collectif, je peux souligner l’effort pris comme principe depuis ses débuts de ne pas exister de hiérarchisations parmi le groupe. Cela veut dire que tous les membres sont les administrateurs du blog de manière égal. La dynamique implicite sur laquelle notre blog se base est celle où il n’existe pas de lignes éditoriales à suivre. Il est également important qu’aucun membre ne prennent pas la démarche par sa propre initiative de censurer ou éliminer un texte d’un camarade.
Nous sommes ainsi en face à un espace presque inédite qui met en place une nouvelle dynamique démocratique et horizontale d’un point de vue de participation au sein d’un groupe organisé.
D’autre part, par le propre dispositif chronologique des mécanismes des blogs chaque texte mis en ligne trouve sa centralité, empêchant ainsi la catégorisation par ordre d’importance des sujets traités par chaque membre. Encore une fois, nous sommes en face des dynamiques qui sortent radicalement du cadre extrêmement hiérarchique auxquels nous nous sommes habitués avec les médias traditionnels. Au contraire des medias classiques où des mises en œuvre de censures variées sont déjà bien connues et où leurs contenus sont difficilement soumis à la critique, mon expérience montre l’envie de certains groupes de sortir de la logique castratrice qui règne au sein de la société des mass medias.
Cela dit, je ne nie pas l’existence d’autres blogs collectifs où l’organisation se passe autrement. Il faut également souligner qu’il existe d’autres formes extérieures de censure. Elle se fait notamment au sein du monde de la blogsphère, entre les auteurs des blogs. Il est presque obligatoire, afin de ne pas se faire « moraliser » par d’autres blogueurs, de citer le blog Y au cas où l’information relatée dans le blog X a été déclenchée par le blog Y. Ce sont des règlements sans aucune légalité matériel, mais que se révèlent bien rigides, devenant même la normativité implicite de la blogosphère.
Pour terminer, j’aimerais venir sur le fait que les blogs collectifs constituent une source d’information alternative, s’avérant ainsi un nouvel outil qui nous lance sur la piste des nouvelles pratiques sociales.
Même si les membres d’un blog collectif s’agroupent à travers d’une affinité élective entre eux, dû à l’existence d’homologie social dans les réseaux de sociabilités, chaque membre s’intéresse et se spécialise sur des sujets différents. Ces sujets, fait divers ou autres soulèveront chez les lecteurs un envie de participation au débat, favorisant ainsi une durée de vie à chaque texte plus ou moins longue. Ce fait s’avère d’autant plus important que la nature transitoire, rapide et éphémère des nouvelles relevées par les medias classiques sont inaccessibles, donnant rarement la place à la curiosité et empêchant les individus à pousser leurs intérêts à une connaissance plus approfondie sur les sujets. C’est dans ce sens que je parle de nouvelles pratiques, car les blogs représentent actuellement chez une certaine frange de la société un instrument important dans la redéfinition de la participation démocratique au débat social et analyse critique du processus politique.

You are here:   Homepage Publications Les blogs collectifs, un espace de réflexion sans hiérarchies (...)

Organisators

Média AnimationUniversity of the Algarve
Le ClemiZaffiria

Partners Congress

Evens Foundation  PEGI
European Newspaper Publishers' Association  Media Coach

Rechercher sur le site